Les droits des chômeurs rabotés selon la conjoncture économique ! Qui comment tout le monde sait est florissante, notamment chez TCS mais pour des raisons de surprofit au détriment des salariés français ou locaux, où l'on peut déplorer une baisse constante des effectifs jamais remplacés depuis 2017 (Lire ou relire notre bulletin d'information du 9 décembre 2022 à ce sujet) !

À compter du 1er février 2023, les nouveaux demandeurs d'emploi verront leur durée d'indemnisation réduite de 25 %. Avec un retour à 100 % hypothétique si la conjoncture économique et la situation du marché du travail deviennent défavorables. 

Les explications :

La loi portant mesures d'urgence relatives au fonctionnement du marché du travail a intégré dans le Code du travail un nouveau principe : la « contratcyclicité ». Désormais, l'ouverture, le rechargement et la durée des droits à l'allocation de retour à l'emploi pourront être modulées en tenant compte d'indicateurs conjoncturels sur l'emploi et le fonctionnement du marché du travail (nouvel art. L. 5422-2-2 C. trav.). Les modalités d'application de cette évolution des règles d'indemnisation seront fixées par décret.

Toutefois, le ministre du Travail, dans sa grande bonté, a annoncé aux acteurs sociaux le 21 novembre 2022, que seule la durée d'indemnisation serait modulée en fonction de la situation du marché du travail. L'ouverture ou le rechargement des droits ne serviront pas de variable. Pour l'instant serait-on tenté de dire car la loi l'autorise bel et bien.

25 % de moins pour la durée d'indemnisation

Le futur décret devrait réduire de 25 % la durée d'indemnisation des chômeurs, quel que soit leur âge. Cette minoration dépend de l'état du marché du travail, selon qu'il soit « rouge » ou « vert » :

  • Si le niveau du taux de chômage dépasse 9 % au sens du BIT, que l'Insee publie chaque trimestre, ou si une hausse de 0,8 point de l'évolution trimestrielle du taux de chômage est constatée, l'état du marché du travail passera au « rouge ».
  • En dessous de ces indicateurs, il sera considéré comme « vert » mais à condition que ceux-ci soient inférieurs au seuil durant trois trimestres de suite.

Ainsi, la situation actuelle est considérée comme « verte » avec un taux de chômage de 7,3 %. La baisse de la durée d'indemnisation quand le taux de chômage est, comme actuellement, en dessous de 9% représente une coupe de 11% des dépenses de l'Unedic.

Concrètement, un coefficient de conversion de 0,75 sera appliqué à toutes les durées d'indemnisation dès l'ouverture de droit.

  • Par exemple, un chômeur avec une durée d'affiliation de 24 mois n'aura plus droit automatiquement à 24 mois d'indemnisation mais à 18 mois.

En tout état de cause, la durée minimale d'indemnisation ne pourra être inférieure à six mois.

Si l'état du marché du travail passe au « rouge », les demandeurs d'emploi arrivant en fin de droits verront la réduction de 25 % appliquée initialement effacée et leur durée d'indemnisation prolongée pour revenir à 100 %. S'il reste au « vert », la réduction de 25 % sera maintenue.

Ces nouvelles règles concernent tous les demandeurs d'emploi, y compris ceux qui sont en formation et les chômeurs âgés qui bénéficient d'une durée maximale d'indemnisation plus longue (24 mois pour les moins de 53 ans, 30 mois pour les 53-54 ans et 36 mois pour les 55 ans et plus). Ces derniers paieront le prix fort en passant de 36 mois à 27 mois d'indemnisation.

Seuls seraient pour l'instant « épargnés » les intermittents du spectacle, les bénéficiaires d'un contrat de sécurisation professionnelle, les marins-pêcheurs, les dockers et les expatriés.

Une négociation « révolver sur la tempe »

Cette « contratcyclicité » s'appliquera aux contrats de travail prenant fin à compter du 1er février 2023 et jusqu'au 31 décembre 2023.

Avant cette échéance, le gouvernement enjoint patronat et syndicats de négocier une nouvelle convention d'assurance-chômage. Mais c'est la technique du révolver sur la tempe qui est employée : cette négociation devra intégrer le nouveau principe de la « contratcyclicité » qui n'est pas négociable puisque désormais prévu par la loi. Les négociateurs sont ainsi invités le cas échéant à se salir les mains en durcissant encore la réduction de la durée d'indemnisation si le taux de chômage est bas. Ou à envisager davantage de protection si le taux de chômage est au-dessus des 9 %, ce qui n'arrivera pratiquement jamais sauf exceptionnellement.



Imprimer
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
vendredi 31 mars 2023

Derniers articles - Droit du travail

16 décembre 2022
Droit du travail
Jurisprudence.  La loi du 25 juin 2008 instit...
16 décembre 2022
Droit du travail
La rupture conventionnelle permet à l'employeur et...
22 novembre 2022
Droit du travail
Le licenciement est un mode de rupture unilatéral ...
22 novembre 2022
Droit du travail
Le licenciement Le licenciement est le mode de rup...

Recevez notre newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques." Jean Jaurès

Calendrier syndical 2022

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

"Que le profit soit convenable le capital peut s’employer partout ; 20%, il s’échauffe ; 50%, il est d’une témérité folle, à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; à 300%, et il n’est pas de crime qu'il ne puisse commettre." (TJ Dunning, 1860 "Trade-Unions and Strikes")

Haut de Page