Arrêt maladie : quel impact sur les congés payés ?

Favori

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux salariés ont été placés en arrêt de travail. Malades du Covid, salariés vulnérables, « cas contacts », garde d'enfant lors du premier confinement… ces arrêts, parfois répétitifs, ont la particularité d'être prescrits pour une durée relativement longue. A l'approche du 31 mai, date butoir pour le décompte et le solde des jours de congés, ces questions reviennent souvent : acquiert-on des jours de congés durant un arrêt maladie ? Des arrêts maladie répétés ou de longue durée peuvent-ils priver les salariés de leurs 5 semaines annuelles de congés payés ?

Le Code du travail défavorable

Selon le Code du travail, seul l'arrêt de travail pour maladie professionnelle (ou accident du travail) est assimilable à du temps de travail effectif (article L. 3141-5 du Code du travail). Concrètement, si l'on s'en tient à la loi française, cela signifie que le salarié n'acquiert pas de congés payés pendant un arrêt de travail pour maladie non professionnelle. Cette règle, très pénalisante pour les travailleurs, n'est toutefois pas conforme au droit européen.

Le droit européen plus protecteur

L'article 7 de la directive du 4 novembre 2003 prévoit que tout travailleur bénéficie d'un congé annuel payé d'au moins quatre semaines. Ce droit est inconditionnel, aucune restriction n'est prévue dans le texte. La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) en donne cette interprétation : tout salarié doit disposer d'un congé minimal de quatre semaines même en cas d'absence pour maladie, de quelque nature ou origine qu'elle soit (CJCE 20 janv. 2009, aff. C-350-06 ). Toujours selon les juges européens, « le droit au congé annuel payé de chaque travailleur doit être considéré comme un principe du droit social de l'Union revêtant une importance particulière, auquel il ne saurait être dérogé ». Les autorités nationales, et notamment la France, doivent donc se conformer à la directive du 4 novembre 2003 (CJUE, 6 nov. 2018, aff. C-619/16).

Et le chômage partiel ?

Autre conséquence de la crise sanitaire, de nombreux salariés ont été placés en activité partielle (ex-chômage partiel) depuis le début de la pandémie. Pour ces salariés, la totalité des heures chômées doit être prise en compte pour le calcul des droits aux congés payés. Le salarié placé en activité partielle acquiert donc chaque mois, au minimum, 2,5 jours de congés (art. R. 5122-11 du C. trav.). Depuis mars 2020, date du premier confinement, les salariés en CDI ont ainsi acquis trente jours ouvrables, soit cinq semaines de congés, quelle que soit la durée de mise en activité partielle. Exactement comme s'ils avaient travaillé sur toute la période.

Invoquer le droit européen

Malgré ces règles protectrices des travailleurs posées par le droit européen, la jurisprudence française continue d'appliquer le seul Code du travail. Selon la Cour de cassation, sauf disposition conventionnelle, contractuelle ou usage plus favorable, un arrêt maladie n'est pas assimilé à du temps de travail effectif et ne génère donc pas de droits à congés (Cass. soc. 14 novembre 2018, 17-21.535).

En cas de litige sur cette question, c'est donc le droit issu de l'Union européenne qu'il faut invoquer. Le salarié, de préférence avec l'appui de son syndicat, peut envoyer une lettre recommandée à son employeur pour lui rappeler ce principe fondamental édicté par l'article 7 de la directive du 4 novembre 2003 et les arrêts de la CJUE : tout salarié, même ayant subi des arrêts maladie répétitifs ou un arrêt de longue durée, doit bénéficier de quatre semaines de congés payés au minimum.


Imprimer
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
mardi 21 mai 2024

Derniers articles - Droit du travail

31 août 2023
Droit du travail
La loi du 14 avril 2023, adoptée contre l'immense ...
16 décembre 2022
Droit du travail
Jurisprudence.  La loi du 25 juin 2008 instit...
16 décembre 2022
Droit du travail
La rupture conventionnelle permet à l'employeur et...

Recevez notre newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques." Jean Jaurès

"Que le profit soit convenable le capital peut s’employer partout ; 20%, il s’échauffe ; 50%, il est d’une témérité folle, à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; à 300%, et il n’est pas de crime qu'il ne puisse commettre." (TJ Dunning, 1860 "Trade-Unions and Strikes")

Haut de Page