Le gouvernement persiste et signe et pousse les ingés, cadres et techs vers la capitalisation !

Au lieu de répondre aux exigences d'une mobilisation d'un niveau historique, le gouvernement persiste et signe.
Il confirme tous les reculs de sa réforme, et tente de démobiliser en faisant croire que seuls les jeunes seraient concernés.

C'est faux, car tout le monde sera perdant. Les générations les plus proches de la retraite subiront des mesures d'âge imposées par une "loi-cadre". Les générations nées avant 1975 ne seraient pas touchées par la réforme "à points"… mais subiraient l'âge d'équilibre fixé à 64 ans en 2027.


Les générations les plus jeunes subiront, elles, les reculs induits par le nouveau système : le maintien de leur niveau de vie ne sera plus garanti, au contraire.


Les ingés, cadres et techs seront particulièrement pénalisé·e·s. Pour tenter de maintenir leur niveau de vie, ils seront poussés vers la capitalisation, pour le plus grand bonheur des fonds d'épargne retraite et de Black Rock.

La prise en compte de toute la carrière au lieu des 25 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public pénalisera toutes celles et ceux qui ont une carrière ascendante.


10 % des cadres ne vont plus cotiser sur l'ensemble de leur salaire. Une perte majeure de droits pour les intéressé·e·s, condamné·e·s à jouer une partie de leur retraite sur les marchés financiers (en se constituant une épargne dont les assureurs ne garantissent même pas la restitution). Une perte surtout pour le système de retraite par répartition qui serait privé de cette part des cotisations, soit environ 3 milliards par an.


L'exclusion des mécanismes de solidarité. La compensation des périodes de chômage, maladie, maternité,…serait renvoyée à un financement par l'impôt, avec le risque que ce soit plafonné et sous conditions de ressources…


Aucune prise en compte de la pénibilité. Les départs avant 60 ans existant actuellement dans les régimes spéciaux et la fonction publique seront supprimés et remplacés par un compte pénibilité à minima qui bénéficie à moins de 3 % des salarié·e·s du privé, dont les critères sont discriminants pour les femmes et permet au mieux de partir à 60 ans, soit souvent après l'incapacité.


Les femmes seront les grandes perdantes, notamment avec la confirmation des reculs sur la réversion et les droits familiaux. L'allongement indéfini de la durée de travail est confirmée, sans aucune prise en compte des années d'études.


https://reforme-retraite.info/communique-11dec/utm_source=sendinblue&utm_campaign=En_colre&utm_medium=email


Imprimer
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
mardi 23 avril 2024

Derniers articles - Prise de conscience

18 décembre 2022
Prise de conscience
« Ne croyez pas qu'il y ait nul oiseau qui se pren...
28 novembre 2022
Prise de conscience
Le monde professionnel peut être semé d'embûches… ...
08 octobre 2022
Prise de conscience
Derrière le concept à la mode, d'entreprise libéré...
19 avril 2022
Prise de conscience
Le système des commerciaux qui ont pouvoir hiérarc...

Recevez notre newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques." Jean Jaurès

Calendrier syndical 2023

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30

"Que le profit soit convenable le capital peut s’employer partout ; 20%, il s’échauffe ; 50%, il est d’une témérité folle, à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; à 300%, et il n’est pas de crime qu'il ne puisse commettre." (TJ Dunning, 1860 "Trade-Unions and Strikes")

Haut de Page