Démocratie économique : l'arnaque de l'entreprise « libérée »


Derrière le concept à la mode, d'entreprise libérée, les pratiques managériales visent toujours la hausse de la rentabilité de l'entreprise au détriment des salariés

Le concept des entreprises « libérées » est à la mode.

Les salariés (appelés intrapreneurs) ne seraient plus assujettis à la hiérarchie, la parole y serait plus libre et la prise de décisions plus démocratiques. Si les entreprises qui appliquent le concept ne sont pas toutes des dictatures à visage moderniste, les exemples de « toxic management » se multiplient pour reprendre le titre d'un ouvrage récent. Elles illustrent un courant idéologique et des pratiques qui, sans contrôle démocratique, se répandent dans le reste des entreprises … au grand dam des salariés.

Des dérives sectaires 

Ainsi, l'auteur de Toxic management décrit les pratiques en vigueur dans une entreprise : « [...] perversité des nouveaux modes de gouvernement des conduites individuelles pour la société, les personnes et les entreprises. Ceux-ci visent à faire passer pour librement voulu ce qui est contraint. De grandes organisations transforment leurs membres en moines-soldats, les convertissent à de nouvelles croyances et les placent sous emprise. La plupart des entreprises, en particulier, sont tombées aux mains de joueurs de poker, et de poker menteur : l'idéologie encourage la duplicité et la manipulation des esprits via les neurosciences, la financiarisation favorise la tromperie et les traficotages de comptes.»  

Et ce n'est pas tout : « Fascination pour les neurosciences, psychiatrisation des salariés, subjectivité des évaluations, tyrannie de la transparence, flicage des collaborateurs. En toile de fond, se dessine l'utopie d'un salarié augmenté.» «Séances d'autocritique publique, tri des salariés en catégories d'animaux, ultra transparence ». 

Améliorer l'humain ? 

La « performance » n'y est pas garantie par les compétences [encore moins, sans doute, par les qualifications], mais les aptitudes psychologiques, émotionnelles et « spirituelles » de ses « collaborateurs ». Bouquet final qui fait froid dans le dos : « En nous appuyant sur les avancées de la science, nous cherchons à améliorer l'homme », martèle un dirigeant de ce type d'entreprise. 

Une démocratie en trompe l'oeil toujours au service des actionnaires et leurs nervis gracieusement rémunérés

On le savait et on le voit : la «liberté d'entreprendre » peut mener aux pires dérives. Et le pire, c'est que ces entreprises trouvent un écho très favorable dans une certaine presse, avide « d'innovation ». En l'absence de contrôles par les autorités publiques, sans la présence dans les entreprises de véritables syndicats, indépendants du patronat, c'est la loi potentiellement totalitaire des marchés (financiers) qui s'imposerait. Avec des dirigeants toujours plus armés de moyens de surveillance et de manipulations.


Imprimer
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
mardi 23 avril 2024

Derniers articles - Prise de conscience

18 décembre 2022
Prise de conscience
« Ne croyez pas qu'il y ait nul oiseau qui se pren...
28 novembre 2022
Prise de conscience
Le monde professionnel peut être semé d'embûches… ...
08 octobre 2022
Prise de conscience
Derrière le concept à la mode, d'entreprise libéré...
19 avril 2022
Prise de conscience
Le système des commerciaux qui ont pouvoir hiérarc...

Recevez notre newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques." Jean Jaurès

Calendrier syndical 2023

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30

"Que le profit soit convenable le capital peut s’employer partout ; 20%, il s’échauffe ; 50%, il est d’une témérité folle, à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; à 300%, et il n’est pas de crime qu'il ne puisse commettre." (TJ Dunning, 1860 "Trade-Unions and Strikes")

Haut de Page