« Les risques psychosociaux concernent désormais un grand nombre de cadres intermédiaires »

Dans une tribune au « Monde », l'économiste Ricardo Azambuja explique, sur la base d'une étude qu'il a menée avec Gazi Islam, comment chefs de service ou chefs d'équipe se retrouvent pris entre le marteau de la direction et l'enclume de leur ancien milieu professionnel.

La pensée marxiste a émergé dans une période d'industrialisation rapide, pendant laquelle les manufactures embauchaient en nombre, transformant les paysans et les artisans autrefois indépendants en prolétaires interchangeables et dépendant de moyens de production qui ne leur appartenaient plus. Près de deux cents ans plus tard, à l'heure où robotisation, intelligence artificielle et « ubérisation » transforment à nouveau profondément le travail, cette pensée est-elle pertinente pour analyser la situation des salariés ?

Pour Marx, l'aliénation provient d'une standardisation des conditions de pro­duction, en rupture avec une manière traditionnelle de travailler, plus authentiquement ­humaine parce que découlant en partie de motivations d'ordre créatif et non pas de la seule nécessité de gagner sa vie. La ­notion d'émancipation, quant à elle, correspond à la libération matérielle, intellectuelle et psychologique des ­conditions de cette ­domination.

La crise de 2008 a brutalement réactualisé ces notions, qui nous permettent d'éclairer certaines situations complexes. Elles nous ont servi notamment de fil rouge pour comprendre l'activité, peu étudiée, des cadres intermédiaires, ces milliers de chefs de service et de chefs d'équipe qui représentent pourtant aujourd'hui près de 20 % des salariés.

Nous avons passé une année en immersion en entreprise pour les suivre au quotidien, heure par heure, dans une démarche anthropologique (« Working at the Boundaries : Middle Managerial Work as a Source of Emancipation and Alienation », par Ricardo Azambuja et Gazi Islam, à paraître dans la revue Human Relations).

Des cadres « chosifiés » !

Coincés entre la base et la direction, les ­cadres intermédiaires oscillent entre le sentiment d'acquérir, grâce à leur statut, une ­certaine autonomie liée à leur rôle de leader et de coordinnateur, et la perception d'être eux-mêmes contrôlés, voire manipulés, « chosifiés »,...

En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/05/11/les-risques-psychosociaux-concernent-desormais-un-grand-nombre-de-cadres-intermediaires_5297558_3232.html#4twkALt6hCQ3AfiD.99


Imprimer
×
Stay Informed

When you subscribe to the blog, we will send you an e-mail when there are new updates on the site so you wouldn't miss them.

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
mercredi 21 février 2024

Derniers articles - Prise de conscience

18 décembre 2022
Prise de conscience
« Ne croyez pas qu'il y ait nul oiseau qui se pren...
28 novembre 2022
Prise de conscience
Le monde professionnel peut être semé d'embûches… ...
08 octobre 2022
Prise de conscience
Derrière le concept à la mode, d'entreprise libéré...
19 avril 2022
Prise de conscience
Le système des commerciaux qui ont pouvoir hiérarc...

Recevez notre newsletter

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques." Jean Jaurès

Calendrier syndical 2023

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29

"Que le profit soit convenable le capital peut s’employer partout ; 20%, il s’échauffe ; 50%, il est d’une témérité folle, à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; à 300%, et il n’est pas de crime qu'il ne puisse commettre." (TJ Dunning, 1860 "Trade-Unions and Strikes")

Haut de Page